Espaces... cliquez sur l'image pour accèder

___________________________________________________  

EspaceComite VieQuartier EspaceAnnecy1 

AccueilRetour page d'accueil

 

Fiches de lecture 2019 : Cliquez sur l'image pour accèder aux commentaires

deschauves 

Des chauves souris,

des singes et des hommes

 assassin paradis

L'assassin qui rêvait

d'une place au paradis

 liquigrecque

Liquidations à la grecque

 commitments
Commitments

 supplication

La supplication

 
                   
 
     
Cliquez sur l'année pour accèder à la page
2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018      
 

deschauvesDes chauves-souris, des singes et des hommes

« Des chauves-souris, des singes et des hommes » de Paule Constant. Le titre de ce livre pourrait être celui d’une fable aux couleurs de l’Afrique. Une fable qui prendrait pour cadre une région équatoriale et où chacun, membres du village, travailleurs humanitaires, petites Sœurs, primatologues, jouent une amusante partition tant la conteuse Paule Constant réussit à mettre poésie et humour dans sa narration. Mais la rivière Ebola qui borde le village a un nom trop évocateur pour taire le drame qui va s’y nouer…

Assez brutalement, le roman bascule du comte moderne au thriller médical sans ménagement pour le lecteur. Les codes littéraires ne nous préparent pas nécessairement à ce mélange des genres…

Par ailleurs, nous avons parlé de :

-          « Loup et les hommes » d’Emmanuelle Pirotte : un roman historique au 17è qui suit l’histoire de deux frères ayant grandi ensemble dans le sud de la France. L’un a dû épouser une vie d’amérindien dans l’actuel Canada et l’autre cherche à se faire pardonner…

-          « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » d'Annie Barrows et Mary Ann Shaffer. Ce n’est pas la première fois que l’on parle de ce livre mais toujours avec le même plaisir…

-          « Roman sans titre » de Duong Thu Huong. Un livre dont le personnage principal est un soldat Viêt-Cong qui nous livre son expérience de la guerre, de son quotidien, de ses missions, de ses trajets et de ses permissions…

 assassin paradisL'assassin qui rêvait d'une place au paradis

"L'Assassin qui rêvait d'une place au paradis" nous a fait rire. Jonas Jonasson sait toujours aussi bien cultiver l’absurde et l’on prend plaisir à accompagner l’attachant Dédé le meurtrier. Mais nous avons moins accroché que les deux livres précédents de l’auteur. « L’Assasin... » manque peut-être un peu de souffle en laissant moins de place aux voyages et aux aventures extravagantes… Ce qui fait apparaître en creux les raisons du succès des romans de Jonasson.  

Par ailleurs, nous avons évoqué : 

 

Complot » de Nicolas Beuglet. Un thriller aux accents féministes qui ne manque pas de rebondissements. Le livre prend pour cadre la Norvège et relate l’enquête sur l’assassinat de la première ministre du pays, par ailleurs membre d’un réseau mondial féministe…

"Je reste ici " de Marco Balzano. Le témoignage d’une habitante sur son village autrichien puis italien qui a vu la montée du fascisme, la guerre et l’inondation définitive suite à la construction d’un barrage.

liquigrecqueLiquidations à la grecque 

Dans « Liquidations à la grecque », des personnalités liées au monde de la banque sont décapitées au sabre. Cette série de meurtres n’intervient pas dans n’importe quel contexte. Elle a lieu en Grèce au moment du premier plan d’austérité (2010). Au terme de celui-ci, salaires et pensions ont été brutalement rabotés. Face à cette régression sociale sans précédent, les perspectives se sont sérieusement assombries pour les victimes de la crise. Ils finiraient presque par trouver sympathique celui qui s’en prend aux requins de la finance…

Écrivain de polars, Petros Markaris y a mis tous les éléments constituant le schéma classique du genre : enquêteur « à l’ancienne » qui marche à l’instinct et préfère s’en remettre à son réseau et à son fidèle dictionnaire plutôt qu’aux investigations numériques d’Internet ; le flou absolu qui entoure le premier crime ; un mobile qui se dessine peu à peu ; des indices qui s’accumulent pour accuser seulement dans les dernières pages… Avec, en prime, le caractère profondément symbolique des homicides, très embarrassant pour un gouvernement soucieux de préserver ses bailleurs de fonds.

Et, dans l’enquête, l’auteur incorpore naturellement tout ce qui fait la vie athénienne en 2010 : la chaleur estivale, les manifestations qui empirent les embouteillages chroniques, la colère de la classe moyenne exprimée via l’homme de la rue ou autour de la machine à café du commissariat… Un polar social, en somme. 

Hors de chez les Hellènes, nous avons aussi parlé de :

-          « L’Archipel du chien » de Philippe Claudel. Sur une île de la Méditerranée, les corps de trois cadavres ont été amenés par la mer. Soucieuses de ne pas ternir la réputation touristique de l’île, les autorités mettent en place une grande machination…

-          « La danse des vivants » d’Antoine Rault. Entre 1918 et 1919, on suit le parcours d’un soldat français bilingue mais amnésique récupéré par les services d’espionnage pour mesurer le sentiment de revanche côté allemand. Un livre très bien documenté.

-          « Nuit » de Bernard Minier. Le policier, Martin Servaz, court après le meurtrier déjà vu dans d’autres romans de l’auteur. L’enquête est très prenante et les descriptions très parlantes. Le livre ne manquer pas de suspense.

-          « Einstein, le sexe et moi » d’Olivier Liron. Autiste Asperger, l’auteur raconte – avec beaucoup d’humour – son enfance, ses années de souffrance mais aussi sa particpation victorieuse au jeu « Questions pour un champion ».

-          « La faute de l’Abbé Mouret » d’Emile Zola. Aperçu dans « La conquête de Plassans », Serge est maintenant prêtre. Atteint d’une violente fièvre, il ne doit son salut qu’aux soins de la jeune Albine dont il tombe amoureux. C’est la faute commise au Paradou originel…

 

commitmentsCommitments 

Dans « Les Commitments » de Roddy Doyle, de jeunes musiciens irlandais, plus ou moins bras cassés, se lancent dans la Soul… Sachant que les figures de proue de ce style musical appartiennent tous à la communauté afro-américaine, le sujet a de quoi interpeller. Mais le fait est que, dans les quartiers nord de Dublin, on considère les Irlandais comme les Noirs de l’Europe. D’où l’appropriation des chansons de James Brown et de Percy Sledge… Fougueux et passionnés, les Commitments déploient une belle énergie lors de leurs répétitions et sur scène. Dommage que le livre se limite essentiellement à la musique et aux dialogues, laissant finalement trop peu de place à la psychologie des personnages.

Nous avons aussi parlé de :

- "Mamie Luger" de Benoît Philippon. Narré sous la forme d'un interrogatoire, une centenaire se révèlent une véritable tueuse en sérieuse. Récit drôle et l'héroïne se révèle attachante. 


- "Le Bonheur National Brut" de François Roux. De 1981 à 2012, de l'élection d'un président socialiste à un autre, ce sont 4 tranches de vie que l'on suit. Les désillusions de la société française rejoignent les déceptions des rêves d'adolescents...

- un récit de voyage qui prend pour cadre les côtes du Groenland. La société inuite contemporaine confrontée à la perte de ses traditions est évoquée. 

 

supplicationLa supplication

« La supplication » de Svetlana Aleksievitch rassemble une multitude de témoignages allant de la petite fille au vieillard en passant par la veuve enceinte et le communiste envers et contre tous. Pas toujours simples à aborder, ils apportent, avec un vécu, une sensibilité et un niveau de conscience propres à chacun, leurs touches à un tableau aussi instructif qu’effroyable. Que de malheurs a vu le sud de la Biélorussie le 26 avril 1986 mais aussi dans les jours, mois et années qui ont suivi… La mort rôde à chaque page… Ce livre montre tout de la catastrophe : l’indicible souffrance, l’innocence des victimes, l’incapacité de l’URSS à secourir sa population, le dramatique échec du progrès… Un livre coup de poing ! 

Sortis de la zone de contamination, nous avons aussi parlé de :

        « Histoire d’une vie » d'Aharon Appelfeld. Racontée sans linéarité, la vie de l’auteur l’a conduit à connaître la déportation et la libération en Europe centrale mais aussi le kibboutz et l’écriture en Israël ;

         « Michel Strogoff » de Jules Verne. Une mission confiée par le Tsar en personne emmène le héros de Moscou à la Sibérie orientale ; tout cela avec le souffle que sait donner l’auteur à ses aventures ;

         « Indian Creek » de Pete Fromm. Dans cette autobiographie, l’auteur relate 6 mois passées seul ou presque dans les Montagnes Rocheuses. Un retour à la nature avec notamment de belles pages sur l’observation des animaux ;

         « Qui a tué l’homme-homard ? » de Jean-Marcel Erre. Dans un village, un ancien membre d’un cirque est tué. L’enquête est menée par une paraplégique. Le roman reprend les clichés du roman policier et distille de l’humour noir ;

         « Des jours sans fin » de Sebastian Barry. Au milieu du 19è, deux homosexuels, l’un venu d’Irlande, l’autre états-unien, traversent les Etats-Unis et connaissent de multiples aventures entre spectacles et guerres ;

        « Sur les chemins noirs » de Sylvain Tesson. Le livre traite la traversée de la France mais se révèle assez peu documenté par rapport à d’autres écrits du genre.

 

FLASH INFO N°67
Février 2019
 flash67 201902
 
 cliquez sur l'image pour l'ouvrir

 

agendas023 Rendez-Vous
   
cliquez sur les titres pour consulter
20 ans du Comité
joyeuxanniv
 cliquez sur l'image pour accèder
 Le comité sur 
facebook1
 cliquez sur l'image pour accèder au site
 
 P hotos & Vidéos
PhotosVideos
 cliquez sur l'image pour y accèder 

 

 Fiches de lecture
livres-arbres
 cliquez sur l'image pour y accèder 

 

 HAPPY BLOG
à Novel-Teppes
par les "Agitateurs de rêves"
Happyblog
 cliquez sur l'image pour accèder au site

 

Archives

Le Comité Vie du quartier
imagelogo21 Carnaval2013-03
Newsletter - Abonnement

Statistiques (depuis le 01/11/2016)

Compteur d'affichages des articles
593726